Archives par étiquette : obligation de servir

La SSO prend acte du rapport du «groupe de réflexion sur le système de l’obligation de servir»

Saint-Gall, le 8 juillet 2016 – La Société Suisse des Officiers (SSO) a pris connaissance du rapport du «groupe de réflexion sur le système de l’obligation de servir». Elle reconnaît le bien-fondé des pistes de réflexion et des propositions de modèles intéressants qu’il contient. La SSO plaide cependant pour que l’on résolve prioritairement et durablement les graves problèmes d’alimentation en effectifs de l’armée ainsi que ceux concernant son plein équipement.  Continuer la lecture

Mettre en concurrence service militaire et service civil est une erreur stratégique

denisSurvenue à la fin des années 80 la décriminalisation de l’objection de conscience constitue une étape clef dans l’évolution du modèle suisse en matière d’obligation de servir. Cette évolution s’est traduite le 17 mai 1992, lorsque plus de 80% des votants ont approuvé la nouvelle teneur de l’article 18 alinéa 1 de la Constitution fédérale en vertu duquel : Tout homme de nationalité suisse est astreint au service militaire. La loi prévoit un service civil de remplacement. C’est la naissance du service civil, qui aura permis de donner aux objecteurs de conscience un statut autre que celui de criminel ou de traître à la patrie, ce qui aura indéniablement constitué un avancée sur le plan des droits humains. A titre personnel je considère ce pas en avant comme fondé, judicieux et normal.
de Br Denis Froidevaux, président SSO, publié dans l’ASMZ 10/2015  Continuer la lecture

Maturité et réalisme à l’Autrichienne en matière de politique de sécurité

Denis FroidevauxAinsi donc ce week-end quelque 60% des votants Autrichiens se sont exprimés contre la suppression de l’obligation de servir, donc contre une armée professionnelle.

L’Autriche se trouve dans une situation fort différente de celle de la Suisse, non seulement sur un plan historique mais aussi sur un plan géopolitique. Membre de la communauté européenne elle a conservé son statut de neutralité. Cette contradiction de fait démontre de manière on ne peut plus claire l’extraordinaire vide que représente l’Europe en matière de politique de sécurité, mais ça c’est un autre sujet. Chez les Autrichiens la volonté de déconstruire l’armée par les plus hautes autorités, Chancelier et Ministre de la défense s’est manifestée avec une rare détermination, soutenue en cela par une presse dont l’objectivité n’est apparemment pas la qualité première.  Continuer la lecture