Archives par étiquette : finances

La Commission des finances est favorable à l’acquisition des Gripen

Dans un co-rapport adressé à la Commission de la politique de sécurité, la Commission des finances du Conseil national a annoncé qu’elle approuvait, par 15 voix contre 9, le crédit d’engagement de 3,126 milliards de francs destiné à l’acquisition de 22 avions de combat Gripen, ainsi que la loi sur le fonds Gripen (12.085 é). Par ailleurs, elle a pris connaissance des directives concernant le budget 2014 et le plan financier 2015 – 2017, qui lui ont été présentées par la chef du Département fédéral des finances.

Continuer la lecture

La commission des finances du Conseil des Etats recommande d’approuver l’achat des avions Gripen

Après s’être entretenue avec la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sur les objectifs du Département fédéral des finances pour l’année 2013, la Commission des finances du Conseil des États a procédé, dans le cadre de la procédure de co-rapport, à l’examen des aspects financiers du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen.». Continuer la lecture

Les officiers prêts à lancer une initiative pour l’armée

Br Denis Froidevaux

Br Denis Froidevaux

Président de la société suisse des officiers (SSO), le Vaudois Denis Froidevaux le répète: en dessous de 5 milliards, l’armée ne peut jouer son rôle. L’initiative populaire est prête.

Depuis son entrée en fonction, le Vaudois Denis Froidevaux est sur tous les fronts. Le premier président romand de la société suisse des officiers (SSO) entend faire de son institution un acteur du débat politique sur l’armée et la sécurité. Interview d’un brigadier de milice, qui au civil travaille dans la gestion de crise et des risques.

Lisez l’interview sur: tdg.ch

Ca suffit!

La Société suisse des officiers (SSO) réagit avec indignation et incompréhension à la décision du Conseil fédéral de réduire le budget de l’armée de 100 millions dans le cadre du programme de consolidation et de réexamen destâches 2014. En effet, il y a à peine 5 mois, le Conseil fédéral a fixé un catalogue de prestations avec un effectif de 100‘000 hommes et déjà plafonné le budget de l’armée à 4.7 Mia (inclus la part Gripen), modifiant ainsi les conditions cadres posées par le Parlement. Faut-il rappeler au gouvernement que les militaires sont astreints au service et qu’ils aient de ce fait droit à une instruction adéquate et à un équipement suffisant ?

Le Conseil fédéral fait des économies au détriment de la milice et des cantons avec notamment pour conséquence de cette politique désastreuse la fermeture de places d’armes et d’aérodromes. La politique de sécurité du Conseil fédéral manque de cohérence, mettant ainsi à mal sa crédibilité et dénotant par là-même une attitude négligente sur le sujet. De plus, par cette décision, le Conseil fédéral fait fi des efforts fournis par l’armée en matière budgétaire, efforts qui ont permis la restitution de plus de 900 mio sur les trois dernières années. Continuer la lecture

Archives Communiqués

14.09.2012 Obligation de servir sans alternative
28.08.2012 Le Gripen reste sans alternatives
21.08.2012 La SSO maintient, à ce stade, son soutien au Gripen E/F
27.04.2012 Le modèle de financement de l’armée manque de cohérence
17.03.2012 Denis Froidevaux à la tête de la SSO
07.03.2012 La SSO demande au Conseil fédéral l’application de l’arrêt du parlement du 29 septembre 2011
13.02.2012 La SSO exige la transparence totale
30.11.2011 SSO approuve la décision sur le type d’avion

Résolution adoptée par l’AD 2012

Le Conseil fédéral et le parlement sont responsables de la sécurité du pays dont les réalités ne s’arrêtent pas à des considérations purement financières et se planifient à 10 ou 15 ans. Ils doivent retrouver de la cohérence dans l’approche sécuritaire. La Société suisse des officiers demande la fin du démantèlement de la sécurité collective et surtout de l’armée. Le Conseil fédéral et le parlement doivent mettre à disposition des femmes et des hommes qui composent notre armée de milice les moyens écessaires pour assurer leurs missions. Il en va de leur sécurité et de leur crédibilité. Il en va aussi de l’avenir de notre armée, de notre indépendance et de notre liberté. La Société suisse des officiers continuera à s’engager dans ce sens. Continuer la lecture