Category Archives: Prise de positions

Pas de liberté sans sécurité – OUI à la Loi sur le Renseignement

La Société Suisse des Officiers soutient la nouvelle Loi sur le Renseignement et recommande au peuple de l’accepter dans les urnes le 25 septembre prochain. Il n’est possible d’user de nos libertés que dans un contexte garantissant notre sécurité. Lire la suite

La SSO élit nouveau président

Stefan-HolensteinA l’occasion de leur assemblée, qui s’est tenue à Coire, les délégués de la Société Suisse des Officiers (SSO) ont élu Colonel EMG Stefan Holenstein en tant que nouveau président de la SSO.
Pour le surplus ils rejettent à l’unanimité le rapport de politique de sécurité 2016 et prennent position au programme de stabilisation de la Confédération. En outre la SSO exige que l’armée dispose de CHF 5 mia. par an dès 2018 pour mener à bien la réforme DEVA.  Lire la suite

La SSO approuve la prise de position sur l’armée

medienmitteilung_schnittA l’occasion de leur assemblée, qui s’est tenue à Locarno, les délégués de la Société Suisse des Officiers (SSO) ont approuvé à l’unanimité une nouvelle prise de position sur la politique suisse de sécurité et sur l’armée et sur son développement. La SSO salue et soutient aussi explicitement les changements que le Conseil des Etats souhaite apporter au message du Conseil fédéral sur le développement de l’armée (DEVA) lors de la session de printemps. La SSO a confirmé son exigence minimale d’un budget de l’armée de CHF 5 milliards sur plusieurs exercices budgétaires annuels, d’un effectif réglementaire de l’armée de 100 000 militaires au minimum et d’un maintien de l’armée de milice sur la base de l’obligation de servir. Le brigadier Denis Froidevaux a été réélu à la tête de la SSO pour un nouveau mandat d’un an. Lire la suite

Résolution adoptée par l’AD 2012

Le Conseil fédéral et le parlement sont responsables de la sécurité du pays dont les réalités ne s’arrêtent pas à des considérations purement financières et se planifient à 10 ou 15 ans. Ils doivent retrouver de la cohérence dans l’approche sécuritaire. La Société suisse des officiers demande la fin du démantèlement de la sécurité collective et surtout de l’armée. Le Conseil fédéral et le parlement doivent mettre à disposition des femmes et des hommes qui composent notre armée de milice les moyens écessaires pour assurer leurs missions. Il en va de leur sécurité et de leur crédibilité. Il en va aussi de l’avenir de notre armée, de notre indépendance et de notre liberté. La Société suisse des officiers continuera à s’engager dans ce sens. Lire la suite