Archives de catégorie : Opinion

Matériel de guerre : non à une initiative dommageable et irréfléchie

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 12-2020.

L’initiative populaire « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) porte préjudice à la sécurité sociale, économique et militaire de la Suisse. La Société suisse des officiers rejette clairement l’initiative soumise en votation le 29 novembre 2020.

Continuer la lecture

Communiqué de presse – Un NON clair à l’initiative nuisible de l’interdiction du financement

Berne, le 30 octobre 2020. – L’initiative du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » porte atteinte à la sécurité sociale, économique et militaire de la Suisse. L’initiative met clairement en danger la sécurité en Suisse. La Société Suisse des Officiers (SSO) recommande donc un NON clair à l’initiative du GSsA le 29 novembre.

L’initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » instaure un quota rigide : il sera interdit à l’AVS/AI/APG, aux caisses de pension, aux fondations et à la Banque nationale de financer des entreprises qui réalisent plus de 5% de leur chiffre d’affaires avec la fabrication de matériel militaire. Les mêmes conditions s’appliqueront aux banques et aux compagnies d’assurance. L’initiative constitue donc aussi une attaque contre le système de sécurité sociale. L’empiètement sur la liberté d’investissement du système de sécurité sociale est également inquiétant dans le contexte des difficultés bien connues de notre système d’assurance sociale.

L’initiative affaiblit en plus des fonds de pension aussi les PME et la Banque nationale
Ce ne sont pas seulement les grandes entreprises de défense et de sécurité comme Airbus, Boeing ou RUAG qui sont touchées. C’est bien pire : L’interdiction de financement s’applique également à tous les fournisseurs qui ne fabriquent que des pièces ou des composants individuels. L’initiative vise ainsi des milliers de PME suisses, qui forment l’épine dorsale de notre économie, et les criminalise, de manière totalement arbitraire. La liberté d’investissement dont bénéficie aussi la Banque nationale est également entravée. Or, cela portera directement préjudice au franc suisse et à la prospérité dans notre pays. La Banque nationale garantit la stabilité des prix et ne doit pas faire l’objet de manipulation politique.

La sécurité militaire gravement portée préjudice par l’initiative
Cette initiative fait également beaucoup de tort à l’armée suisse. La souveraineté et la neutralité de la Suisse exigent que la disponibilité opérationnelle des systèmes de l’armée suisse soit assurée de manière aussi autonome que possible. N’étant membre d’aucune alliance de défense, notre pays ne peut compter sur le soutien militaire d’autres États. Par conséquent, la Suisse doit disposer elle-même des compétences en matière de production de matériel militaire. L’inverse nous obligerait à acheter ces équipements à l’étranger, une situation qui accroîtrait notre dépendance vis-à-vis de pays tiers. Il est en outre inquiétant que l’AVS, les caisses de pension et la Banque nationale ne puissent plus investir de l’argent dans des entreprises suisses. Ces prérogatives découlent en outre du mandat que leur a conféré la Constitution fédérale.

La SSO soutient donc le NON à l’unanimité et recommande aux électeurs suisses de rejeter clairement l’initiative du GSsA le 29 novembre.

L’engagement clairvoyant de la Suisse en matière de sécurité

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 11-2020.

Le 27 septembre 2020, le peuple suisse a approuvé l’acquisition de nouveaux avions de combat. Ce faisant, le souverain a pris une décision de principe cardinale : la Suisse veut pouvoir continuer à protéger son espace aérien, son pays et sa population et fournir ainsi une contribution significative à la sécurité en Europe. La Société suisse des officiers (SSO) salue la clairvoyance de la population suisse.

Continuer la lecture

Communiqué de presse – Assemblée des délégués de la SSO sous le signe de la sécurité aérienne

Berne, 5 septembre 2020 – La cheffe du DDPS, la Conseillère fédérale Viola Amherd, a profité de sa présence à l’Assemblée des délégués de la Société Suisse des Officiers (SSO) aujourd’hui, samedi, dans la halle du marché de Berthoud BE, pour lancer la dernière ligne droite de l’indispensable acquisition de nouveaux avions de combat, qui sera soumise à la votation le 27 septembre. Sans exception, la SSO, qui a beaucoup investi dans la campagne depuis des mois, a été réceptif à son appel.

En Suisse, la protection et la sécurité sont garanties par un réseau professionnel de police, de garde-frontières, de pompiers, d’ambulances, de protection civile et de l’armée sur terre et dans les airs. Chaque maillon individuel de cette chaîne de sécurité est important et nécessite les compétences et les ressources nécessaires pour remplir ses tâches. « Nos avions de combat arriveront en fin de vie au plus tard fin 2030 et doivent être remplacés d’urgence », a souligné la Conseillère fédérale Amherd devant les officiers. « Il n’y a tout simplement pas d’alternative, et attendre n’est pas une option », a-t-elle conclu.

Au centre de l’allocution du Chef de l’Armée (CdA), Cdt C Thomas Süssli, se trouvait la « Vision Défense 2030+ ». Elle comprend les sept thèmes suivants : Perception de l’armée dans la population, profil de performance et ressources, personnel, conduite, orientation à long terme de l’armée, numérisation et rôle futur de l’armée et de l’administration militaire. Le CdA a explicitement indiqué qu’il cherchera à interagir avec la SSO et les organisations de milice au sujet de la vision et de la stratégie. D’autre part, le CdA a recommandé à la SSO de suivre activement le problème de l’alimentation en personnel de l’armée et de la protection civile, toutefois en attendant le rapport du Conseil fédéral à ce sujet annoncé d’ici l’été 2021.

Dans la partie statutaire de l’AD, les délégués ont approuvé à l’unanimité toutes les motions du comité, y compris l’élection du Major Tamara Moser, la première femme à être élue au comité depuis longtemps. Ainsi, la SSO progresse aussi dans la promotion des femmes. Et le Col EMG Stefan Holenstein, président de la SSO, a été reconduit dans sa fonction pour une cinquième et dernière année statutaire.

Sprint final – battons-nous jusqu’à la dernière !

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 09-2020.

Avec sa conférence de presse du 11 août 2020 à Berne, le comité national « OUI à la sécurité aérienne » a lancé la phase décisive de la campagne. Un peu moins de trente jours nous séparent désormais du dimanche 27 septembre ; quatre semaines au cours desquelles la SSO se battra jusqu’à la dernière, pour chaque voix ! Le maintien d’une force aérienne crédible le vaut bien.

Continuer la lecture

Sur la bonne voie grâce à une campagne bien pensée et percutante

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 08-2020.

Soixante jours nous séparent encore de la votation du 27 septembre 2020. La Société suisse des officiers (SSO), ses 24 sections cantonales d’officiers et ses 16 sociétés d’armes, s’engagent résolument pour l’acquisition de nouveaux avions de combat, ainsi que pour la protection de la population et la sécurité de notre pays. On peut l’affirmer : nous sommes sur la bonne voie !

Continuer la lecture

L’armée entre renforcée dans la seconde moitié de 2020

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 07-2020.

L’armée sort renforcée de la crise actuelle du coronavirus. Avec son déploiement dans le cadre de la COVID-19, elle a prouvé qu’elle est bien la seule réserve stratégique du pays. Pour la Société suisse des officiers (SSO), il convient maintenant de tirer les bons enseignements en matière de politique de sécurité et d’armée. Profitons de cette bonne situation de départ ! Continuer la lecture

Communication aux médias – Loi sur le service civil : une décision des plus regrettables !

Berne, 19 juin 2020 – La Société suisse des officiers (SSO) enregistre avec grand regret le rejet surprenant par le Parlement aujourd’hui de la révision de la loi sur le service civil (LSC). Cela signifie que le Parlement ouvre inutilement un chantier en remettant en question ainsi le modèle éprouvé de l’armée de milice, partant du système de milice. La SSO attend maintenant du Conseil fédéral et du Parlement qu’ils trouvent de nouvelles voies et solutions pour sortir rapidement de cette impasse.

La SSO est sidérée par la décision du Parlement de renoncer à la révision de la LSC au moyen de huit mesures. Cela confirme de facto que les jeunes Suisses ont le choix entre le service militaire et le service civil. La triade armée, protection civile et service civil, qui a fait ses preuves jusqu’ici, est de plus en plus déséquilibrée. Les deux organisations mobilisables au pied levé, l’armée et la protection civile, ont toutes deux fait leurs preuves lors de l’engagement CORONA en mobilisant chacune 5000 membres en quelques jours ; le service civil n’étant, quant à lui, en mesure de ne jouer qu’un rôle complémentaire dans ce déploiement initial. Avec la décision de ce jour, le problème de l’alimentation en effectifs de l’armée et de la protection civile va encore s’aggraver.

Mais, la SSO voit surtout dans cette décision la remise en question du modèle éprouvé de l’armée de milice, partant du système de milice en général, si envié par les pays étrangers. Le Parlement rouvre indirectement la discussion. Du point de vue de la SSO, cela signifie : geler l’ensemble et procéder à une analyse de la situation ! Nous attendons maintenant du Conseil fédéral et du Parlement qu’ils proposent de nouvelles solutions et options pour le maintien du service militaire obligatoire, en vertu de l’article 59 de la Constitution fédérale.

Oui à la sécurité aérienne- Communiqué de presse : Un vaste comité en faveur de la sécurité aérienne

Berne, le 17.06.2020

Un vaste comité en faveur de la sécurité aérienne

La décision sur le remplacement de nos anciens avions de combat, qui sont en service depuis 1978 et 1996, sera prise le 27 septembre 2020. En effet, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), a récolté un nombre suffisant de signatures pour le dépôt de son référendum contre l’acquisition de nouveaux avions de combat. Sous la direction de l’Association pour une Suisse sûre, un certain nombre d’organisations se sont unies autour du Comité pour l’acquisition de nouveaux avions de combat, qui se veut interpartis : le PLR, l’UDC, le PDC, le PBD, le PEV et les Vert’Libéraux, mais également les industries, l’Union patronale suisse, Aerosuisse, la Société suisse des officiers (SSO), AVIA – Association des officiers des Forces aériennes, l’Association de tir et l’Association pour une Suisse sûre participent tous à cette campagne.

Continuer la lecture