Communiqué de presse Assemblée des délégués 2022 : La SSO revendique une conduite politique en situations de crise

Frauenfeld, le 12 mars 2022 – La Cheffe du DDPS, la Conseillère fédérale Viola Amherd et le Chef de l’Armée (CdA), le Commandant de corps Thomas Süssli, ont honoré la Société Suisse des Officiers (SSO) de leurs présences à Frauenfeld. Dans leurs allocutions, ils ont mis l’accent sur la nouvelle réalité des rapports de force et les conséquences pour l’Armée suisse. La sécurité nous concerne tous et ne doit pas être prise en otage par la politique intérieure. Le coronavirus a démontré à quel point une bonne gestion de crise est essentielle. La démonstration de force de la Russie nous pose des défis de taille en matière de sécurité. La SSO demande que les milieux politiques et l’Armée assument leur rôle de conduite.

Dominik Knill, Colonel thurgovien et président de la SSO, a accueilli près de 180 délégués et invités dans le tout nouveau centre de subsistance de la caserne Auenfeld à Frauenfeld. Il a remercié le Commandant de corps Hans-Peter Walser, Chef du Commandement de l’Instruction, de pouvoir organiser l’assemblée des délégués (AD) dans une infrastructure militaire, car cela met symboliquement en exergue la proximité des associations de milice avec l’Armée. M. Knill a souligné la nécessité d’une Armée de milice bien équipée, formée et suffisamment alimentée. L’Armée d’aujourd’hui est fonctionnelle, les lacunes ont été identifiées et les processus sont continuellement optimisés.

Dans son allocution devant les officiers suisses, la Conseillère fédérale Viola Amherd a souligné toute l’importance d’une Armée bien formée et équipée. La situation actuelle en Ukraine illustre parfaitement que les conflits continuent d’être menés avec des moyens militaires traditionnels. Toutefois, des nouvelles menaces tels que des cyberattaques, campagnes de désinformation et attentats terroristes sont venus s’y ajouter. Face à ce vaste spectre de menaces hybrides, l’Armée doit être en mesure de protéger efficacement l’espace aérien et terrestre, la population ainsi que les infrastructures et de soutenir les autorités civiles.

Le Commandant de corps Thomas Süssli a partagé son analyse personnelle de la guerre en Ukraine, la comparant à la description de la situation dans le rapport publié en 2019 « L’avenir des forces terrestres » – avec ses points communs manifestes. Il a avoué avoir parfois l’impression que ce rapport a servi de scénario aux événements en Ukraine. Dans son intervention principale, le Chef de l’Armée a esquissé les grands défis : la votation à venir sur le nouvel avion de combat F-35A, les besoins de renouvellement des systèmes principaux des forces terrestres ainsi que l’alimentation de l’Armée. Selon lui, le F-35 est de loin le meilleur avion de combat pour la Suisse et il s’agit à présent d’en convaincre la population. À cet égard, la SSO peut jouer un rôle décisif, selon le Chef de l’Armée, qui a remercié les sociétés d’officiers pour leur soutien.

Le Colonel EMG Felix Keller, Commandant de la place d’armes, a expliqué dans quelle mesure les crédits immobiliers du DDPS de CHF 350 millions ont valorisé la place d’armes de Frauenfeld sur une période de 10 ans. En particulier le centre informatique ultramoderne garantit le traitement rapide des données et la protection d’informations sensibles.

Aux yeux de la SSO, l’acquisition des F-35A affiche la priorité première. Il faut étouffer dans l’œuf l’initiative des opposants à l’Armée issus de la gauche. Au cours de cette décennie, il faudra réaliser des acquisitions importantes pour les forces terrestres. L’Armée ne fonctionne qu’en tant que système global. Le débat sur les modèles d’obligation de servir est à présent devant le parlement. La SSO s’engage en faveur d’une Armée de milice forte s’appuyant sur des hommes et des femmes ayant le sens du service.