Sur la bonne voie grâce à une campagne bien pensée et percutante

Col EMG Stefan Holenstein, président SSO. ASMZ-édition 08-2020.

Soixante jours nous séparent encore de la votation du 27 septembre 2020. La Société suisse des officiers (SSO), ses 24 sections cantonales d’officiers et ses 16 sociétés d’armes, s’engagent résolument pour l’acquisition de nouveaux avions de combat, ainsi que pour la protection de la population et la sécurité de notre pays. On peut l’affirmer : nous sommes sur la bonne voie !

La crise du coronavirus nous a enseigné que notre armée de milice doit non seulement être apte à aider et protéger en cas de pandémie, de cyber-attaques et de catastrophes climatiques ou naturelles – menaces évidentes à l’heure actuelle -, mais qu’elle doit aussi, en tant que dernier bastion d’un État neutre et indépendant, être prête à faire face à un éventuel cas de défense. Car la situation sécuritaire internationale se péjore toujours plus : conflits armés, menaces terroristes, affaiblissement des organisations internationales ou tensions accrues entre grandes puissances n’en sont que quelques exemples.

Un numéro de cirque avec des chiffres fantaisistes
Infox, chiffres fantaisistes : le PS, Les Verts et le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), tous trois opposés à l’acquisition de nouveaux avions de combat, se sont surpassés en rivalisant d’impudence ces dernières semaines. Ces experts autoproclamés es avions de combat ne cessent d’agiter les esprits en avançant un coût de 24 milliards de francs, ajoutant allègrement les coûts de fonctionnement sur 30 ans aux coûts d’acquisition de 6 milliards de francs – des coûts d’acquisition et de fonctionnement financés d’ailleurs par le budget ordinaire de l’armée. Soyons clairs : cet investissement maximum de 6 milliards de francs suisses doit être compris comme une prime d’assurance, absolument raisonnable, pour se prémunir d’un avenir totalement imprévisible.

L’Alliance pour une Suisse en sécurité, en mode de combat
L’Alliance pour une Suisse en sécurité (www.securite-oui.ch), composée d’une large et puissante alliance de tous les partis bourgeois – les Vert’libéraux en font également partie cette fois-ci – ainsi que de toutes les associations économiques et de milices concernées, a élevé son état de préparation : elle est passée en mode de combat juste avant les vacances d’été. La campagne vise particulièrement les groupes suivants : les jeunes, les femmes et la population urbaine, notamment en Suisse romande. La vague de critiques émises par le PS à la fin juin, à la suite de la présence à la conférence de presse du DDPS de la première suissesse pilote de chasse, prouve que nous frappons juste. Soyez assurés que le comité national de campagne et la SSO vont élever la cadence de tir au cours des deux mois à venir, au travers d’actions bien pensées et d’activités percutantes.

Ce qu’il reste à faire
Dans la dernière ligne droite, le travail se concentrera sur les cantons pour générer une mobilisation régionale efficace. Les points d’appui cantonaux réunissant des représentants des partis bourgeois, des sociétés cantonales d’officiers, des sociétés d’armes, et des associations économiques et d’intérêt locales seront au front. Dans les semaines à venir, il sera essentiel de maintenir notre souveraineté argumentative sur tous les canaux de communication et de démontrer en permanence pourquoi la Suisse a impérativement besoin de nouveaux avions de combat. Engagez-vous, soutenez notre campagne : sponsorisez la distribution de flyers dans votre commune ; invitez vos amis à liker notre page Facebook ; téléchargez les argumentaires, les présentations et les cartes de poche ; rédigez des lettres de lecteur ; convainquez vos cercles privés et professionnels ou soumettez vos idées créatives à votre point d’appui cantonal. J’ai l’intime conviction que nous sommes beaucoup plus déterminés et unis que nous ne l’étions lors du vote sur le Gripen en 2014. Profitons de notre dynamique, affichons nos couleurs et continuons à nous battre résolument pour un OUI clair le 27 septembre. Chaque vote compte !


Rejet très regrettable de la révision de la loi sur le service civil (LSC)
Au grand regret de la SSO, le PDC a fait échouer la révision de la LSC au Conseil national, le dernier jour de la session d’été. On continue d’ignorer superbement le principe de l’art. 1 LSC qui stipule que les personnes astreintes au service militaire qui ne peuvent concilier ce service avec leur conscience accomplissent sur demande un service civil de remplacement (service civil) ; c’est le règne d’une liberté de choix non prévue par la loi ! Le Parlement a dès lors ouvert un chantier totalement inutile, remettant ainsi en cause l’armée de milice, un modèle qui fait pourtant ses preuves depuis des décennies. Le SSO, qui demande avec véhémence depuis des années une révision de la LSC, s’estime flouée ; elle attend de l’armée et du DDPS qu’ils présentent rapidement des propositions et des solutions concrètes pour remédier à la pénurie de personnel militaire.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.