Le message 2020 sur l’armée répond aux attentes

Oberst i Gst Stefan Holenstein, Präsident SOG

Le message sur l’armée 2020 répond aux attentes de la Société Suisse des Officiers (SSO). Pour la deuxième fois après les années 2017 à 2020, le Conseil fédéral soumet aux Chambres fédérales un plafond des dépenses de l’armée. Ce montant comprend 21,1 milliards de francs suisses pour les années 2021 à 2024.

La population et l’économie attendent de l’armée qu’elle garantisse la sécurité à tout moment, même si les formes de menace changent. Actuellement, l’armée utilise de nombreux systèmes principaux qui devront être remplacés ou renouvelés dans les années 2020 et au début des années 2030. La modernisation de notre armée nécessitera des investissements au cours des dix prochaines années de 8 milliards pour la protection de l’espace aérien et 7 milliards pour le remplacement des systèmes au sol et la cyberdéfense. Le SSO a toujours souligné que ce montant d’investissements est un minimum. Avec une croissance de 1,4 % en termes réels, les crédits d’engagement pour 2021 à 2024 s’élèvent à 21,1 milliards de francs suisses, ce qui est indispensable compte tenu du niveau élevé des investissements au cours des dix prochaines années, soit environ 15 milliards de francs suisses.

Amélioration de la capacité de conduite
Le message de l’armée met d’abord l’accent sur les capacités de conduite. Le Conseil fédéral veut ici améliorer la communication vocale et la transmission de données de l’armée. Pour que l’armée reste opérationnelle en cas de crise et de cyberattaque, elle doit disposer de systèmes de techniques de l’information et de la communication modernes et robustes. 600 millions de francs suisses seront nécessaires pour les nouveaux systèmes. Un must, car les équipements de transmission actuels datent des années 1990 et arrivent en fin de durée d’utilisation. Par ailleurs, les éléments de conduite du système de surveillance de l’espace aérien Florako seront également remplacés pour un montant de 155 millions.

Prolongation d’utilisation des chars de grenadiers jusqu’en 2040
Le message met un deuxième accent sur la capacité de l’armée à assurer des engagements mobiles en cas de conflit armé. Cette capacité est couverte aujourd’hui notamment par les chars de grenadiers 2000. En raison de leur âge, certains composants ne sont plus disponibles à l’achat. Pour continuer d’utiliser la flotte et maintenir sa valeur, il est prévu de prolonger l’utilisation des chars de grenadiers jusqu’en 2040 pour un montant de 438 millions. Les remplacer par de nouveaux véhicules légèrement blindés serait sensiblement plus coûteux. En outre, le Conseil fédéral propose de renouveler pour 116 millions l’équipement de l’aide en cas de catastrophe, qui a partiellement plus de 30 ans. Cette adaptation aux normes modernes impliquera également l’acquisition de nouveaux appareils respiratoires et d’équipements de protection pour notre personnel militaire.

De grands avantages pour l’économie suisse
Le programme d’armement 2020 se traduit par des commandes passées à des entreprises suisses pour un montant de 234 millions de francs suisses (17 % des crédits d’engagement) et par des transactions compensatoire de 711 millions de francs suisses (53 % des crédits d’engagement). Cela signifie que 70 % des crédits d’engagement auront un impact sur l’emploi en Suisse. La base technologique et industrielle importante pour la sécurité du pays et l’industrie de la construction bénéficient de commandes d’un montant d’environ 1,4 milliard de francs suisses.


Lutte contre le coronavirus – L’armée suisse est prête
À la demande des autorités civiles, l’armée, en tant que réserve stratégique du gouvernement suisse, soutient le service de santé et la population dans la lutte contre le coronavirus. Début mars 2020, le Conseil fédéral a décidé qu’un maximum de 800 soldats seraient déployés pendant trois semaines. Si plus de 2000 soldats sont déployés ou si le déploiement dure plus de trois semaines, le Parlement doit approuver le service d’assistance. Afin de garantir le meilleur service possible à la population, l’armée doit assurer trois choses : son commandement, son déploiement et sa capacité à durer. Des mesures à cet effet sont actuellement mises en œuvre. Les cours de répétitions, les écoles de recrues, le recrutement, la formation des cadres et les journées d’orientation doivent malgré tout être poursuivies. Ainsi le coronavirus va, dans les mois à venir, « tester » les capacités de notre armée de milice.


Le coronavirus entraîne le report de l’Assemblée des délégués de la SSO
Le 4 mars 2020, la lutte contre le virus est entrée dans une nouvelle phase. En collaboration avec les cantons, le Conseil fédéral a édicté de nouvelles règles, telles que la « distanciation sociale » et l’obligation d’autorisation pour les manifestations de 150 participants ou plus. L’accent a été mis sur la protection de la population âgée. Peu de temps après, le comité de la SSO a procédé à une évaluation détaillée des risques, mettant l’accent sur les aspects de prévention, et a décidé à l’unanimité de reporter, pour l’instant, du 14 mars au 13 juin 2020 l’Assemblée des délégués de la SSO à Burgdorf. La SSO considère que les mesures prises jusqu’ici par le Conseil fédéral sont correctes, raisonnables et proportionnées.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.