Elections fédérales du 20 octobre 2019 – votez juste !

Col EMG Stefan Holenstein, Président Socitété Suisse des Officiers (SSO) –
publié dans l’édition no. 5/2019 de la RMS

Les élections fédérales du 20 octobre 2019 (EF2019) sont déterminantes pour l’avenir de notre armée. Prenons donc influence sur le futur Parlement en y élisant des personnes convaincues que seule la sécurité garantit la stabilité et la prospérité futures de notre pays.

La Société suisse des officiers (SSO) n’est que partiellement satisfaite du bilan de la législature 2015 – 2019. Nous avons souligné à plusieurs reprises le manque d’unité du camp bourgeois en matière de politique de sécurité et d’armée (voir l’ASMZ 09/2018, p. 31). La SSO attend du futur Parlement qu’il renforce son engagement en faveur de la défense, de l’obligation de servir et de l’armée de milice en général. Nous demandons plus d’unité, de clarté et de discipline – et moins de « politique politicienne ».

La politique partisane n’est pas notre affaire
La SSO réunit les officiers de l’Armée suisse, toutes provenances, régions linguistiques et couleurs politiques confondues. La SSO ne donne pas dans la politique partisane. Nous soutenons donc toutes les personnes qui défendent notre armée de milice et représentent ses besoins de manière crédible ; sans distinction de sexe, d’âge, de grade et d’appartenance à un parti. La SSO souligne l’importance du Parlement suisse pour le développement futur de notre armée. Dans aucun pays au monde, le législateur n’a une influence aussi cardinale qu’en Suisse sur la politique menée par le département de la défense et sur le développement de l’armée.

Nos attentes
La SSO attend des candidates et des candidats aux élections fédérales 2019 un engagement clair en faveur du système de milice et de la mise en œuvre cohérente du DEVA. À cet égard, et en se fondant sur l’art. 58 de la Constitution fédérale (Cst.), la SSO demande d’abord que les effectifs de l’armée soient garantis au moyen du principe de l’obligation de servir. En ce qui concerne le service civil, il se justifie en tant que service de remplacement du service militaire, mais uniquement pour des raisons de conscience. Par ailleurs, il faut expliquer de manière proactive aux femmes pourquoi et comment elles peuvent et devraient servir en plus grand nombre au sein de l’armée. Enfin, il faut garantir au niveau politique un budget militaire d’au moins 5 milliards de francs par an ainsi qu’une progression à froid de 1,4% à partir de 2021. Cela constitue la base indispensable à la réalisation des projets de renouvellement de systèmes d’armes cruciaux pour notre armée, à savoir les acquisitions d’un nouvel avion de combat (NKF) et d’un système de défense sol-air à longue portée (DSA) pour un montant d’au moins 8 milliards de francs, ainsi que celles de nouveaux systèmes pour les forces terrestres d’une valeur d’au moins 7 milliards de francs.

Appui des sociétés cantonales d’officiers et des sociétés d’armes
Lors de son dernier séminaire, le comité de la SSO a mis au point un questionnaire électoral qu’il met à la disposition des sociétés cantonales d’officiers (SCO) et des sociétés d’armes (stés armes) en tant qu’aide à la promotion de candidates et candidats aux  élections fédérales 2019 favorables à l’armée. Comme il se doit, la SSO laisse aux SCO et stés armes le soin d’émettre des recommandations de vote dans leurs cantons ou régions en faveur de candidates et de candidats dignes de notre confiance et qui, nous en sommes persuadés, resteront fidèles à leur parole après leur élection.

Chaque voix compte
Il est important pour la SSO, les SCO et les stés armes que le nouveau Parlement tienne compte des intérêts de l’armée. La SSO et ses quelque 20 000 membres veulent et doivent suivre de près les travaux du Parlement afin que leurs préoccupations en matière de politique de sécurité soient représentées de manière compétente et crédible. Le premier pas dans cette direction est l’élection de parlementaires lucides, attachés à notre armée de milice et prêts, par conséquent, à lui accorder les ressources matérielles et financières nécessaires. Chaque vote compte. Allons voter le 20 octobre 2019 et élisons les bonnes personnes !


Nomination du CdA sur fond d’élections fédérales 2019
Comme on le sait, la SSO place la barre très haut quant au choix du prochain chef de l’Armée (CdA). Outre les exigences déjà communiquées (voir l’ASMZ 05/2019, p. 21), un critère revêt une importance particulière pour la SSO sur fond d’élections fédérales : le nouveau CdA doit avoir du flair et une forte sensibilité politique. La SSO demande une forte personnalité, capable de dialoguer les yeux dans les yeux avec les parlementaires et, en particulier, de présenter les besoins en matière de politique de sécurité et d’armée de manière compréhensible, vérifiable et plausible. Ce n’est pas une tâche facile. Nous attendons la proposition de la cheffe du DDPS avec impatience.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.