Session d’automne 2018 : La SSO demande des corrections !

Communication aux médias le 6 septembre 2018

Le programme des Chambres fédérales prévoit pour la session d’automne, du 10 au 28 septembre, deux objets pour lesquelles la Société Suisse des Officiers (SSO) attend des corrections du Conseil national et du Conseil des États. D’une part, il s’agit du message sur I’armée 2018 et, d’autre part, de la modification de la directive de l’UE sur les armes.

En ce qui concerne le message sur l’armée 2018, la SSO exige deux corrections :
1. le concept de vêtements et d’équipements modulaires prévoit l’achat d’une protection corporelle balistique pour un montant de CHF 199 millions afin d’équiper chaque militaire. Ce montant doit être accepté dans sa totalité. La décision prise par le Conseil des États lors de sa dernière session de réduire de moitié le montant à 100 millions de francs devrait être corrigé en conséquence. Tout soldat a droit à une protection complète.
2. le démantèlement des installations de lance-mines de forteresse doit être suspendu. Au lieu d’être éliminées sans être remplacées, elles doivent être conservées dans un état de disponibilité réduit. Les faibles coûts d’entretien par rapport à un éventuel remplacement ultérieur justifient une suspension du démantèlement.

De l’avis de la SSO, les trois points suivants doivent être corrigés lors de la mise en oeuvre de la directive européenne sur les armes :
1. toutes les armes semi-automatiques utilisées pour le tir sportif, y compris le Fusil d’assaut 57 et le Fusil d’assaut 90, ne doivent pas être rangées dans la catégorie des armes prohibées.
2. l’obligation pour les propriétaires d’une arme à feu de réenregistrer l’arme doit être supprimée.
3. l’obligation de marquage pour tous les éléments essentiels des armes doit être supprimée.

La SSO en appelle à la responsabilité civique du Conseil national et du Conseil des États pour défendre les traditions et les valeurs de la milice suisse et pour apporter les corrections nécessaires.

Leave a Reply