Une alliance contre nature au conseil national remet en question le développement de l’armée de milice

Le Conseil national a, ce jour, remis en question la capacité de notre armée de milice à évoluer, à corriger ses lacunes, à s’adapter aux risques et menaces actuels et futurs et par ce biais a affaibli considérablement la sécurité nationale. 

Le SSO déplore la décision du Conseil national, de ne pas permettre à notre politique de sécurité de disposer des moyens pour faire face aux risques, dangers et menaces d’aujourd’hui.

La tactique d’obstruction inhérente à une alliance contre nature signifie clairement une remise en question du rapport sur la politique de sécurité du Conseil Fédéral ainsi que le rapport sur l’armée qui sont les bases de la nécessaire réforme de l’armée.

Le Président de la SSO, Br Denis Froidevaux, est sceptique: “Il est inquiétant de constater que le Conseil national instrumentalise l’armée à des fins strictement politique. La sécurité va au-delà des lignes politiques des partis. La décision du Conseil national d’aujourd’hui démontre une absence de vision et de stratégie sécuritaire, mais aussi une pensée à court terme dénuée de sens. Elle bloque un nécessaire processus de modernisation.”

Les citoyens suisses se sont prononcés au cours des dernières années avec une grande clarté pour une armée forte et une Suisse forte. La SSO attend du Parlement, qu’il exerce ses responsabilités pour assurer la sécurité de la population, l’intégrité et la souveraineté nationale. Elle agira par tous les moyens démocratiques pour faire appliquer une politique de sécurité crédible qui passe par une armée forte.

» Communiqué de presse du 18 juin 2015

Pour questions:
Br Denis Froidevaux, président, +41 79 214 14 22
Col EMG Marcus B. Graf, vice-président, +41 79 670 86 16

Leave a Reply