Fragilisation significative de la sécurité en Suisse

La Société Suisse des Officiers (SSO) prend acte que le peuple suisse a choisi avec son non à la loi sur le fonds Gripen de fragiliser la sécurité de la Suisse à moyen et long terme et de priver les forces aériennes des moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions. Les conséquences sont graves puisque de facto la Suisse ne peut plus assurer sa souveraineté et sa neutralité. En cas de non remplacement des 32 F/A-18 en 2025 la Suisse sera sans forces aériennes, donc sans armée.

Le souverain a dit Non à la loi sur le fonds Gripen et a donc fait le choix d’une fragilisation de sa propre sécurité nationale. En conséquence les forces aériennes ne pourront plus remplir leurs quatre missions de base: surveiller, sécuriser, interdire et défendre notre espace aérien. Pour exemple la suisse ne pourra plus faire appliquer une interdiction du survol du territoire par une puissance étrangère.
Ce choix implique également qu’en cas d’engagement au sol les troupes n’auront plus de protection aérienne suffisante, ce qui est hautement irresponsable.

Accélérer le développement
Cela étant, l faut aller de l’avant et développer l’armée avec ces nouveaux paramètres de la politique de sécurité, sachant que dans une démocratie directe le peuple a toujours raison. Aussi la Société Suisse des Officiers continuera son engagement au profit du développement de l’armée (DEVA) et afin de sauvegarder la capacité restante en matière de défense, de protection et d’aide à la collectivité. L’armée doit être organisée, équipée et instruite pour faire face aux situations exceptionnelles, même les pires.
Aussi la SSO se focalisera sur sa ligne rouge à savoir:

  • Budget minimal de 5 milliards
  • Effectif réel de 100’000 hommes
  • Garantie de la capacité de défense de l’armée dans la mesure où la couverture aérienne n’est plus garantie
  • Renforcement de la milice et de la relève des cadres de milice
  • Modèle flexible de CR et de l’accomplissement des obligations militaires complet

Dans l’éventualité où cette ligne rouge serait franchie, alors il s’agira d’étudier l’opportunité de solliciter le peuple pour définitivement lui permettre de définir le modèle de sécurité il souhaite.

Leave a Reply