Portrait

La Société Suisse des Officiers (SSO) est l’organisation faîtière de 24 sociétés cantonales d’officiers et de 15 sociétés d’armes (nommés sections) avec 22’000 membres. Ses buts sont de représenter les officiers et leurs intérêts dans le cadre de la politique de sécurité suisse. Elle vise à promouvoir une armée efficace du point de vue des effectifs, de l’organisation, de l’équipement, de l’instruction et de la conduite ainsi que d’entretenir des relations étroites avec les autorités et organisations nationales et internationales ayant des objectifs de politique de sécurité. Elle soutien et coordonne les activités de ses sections, de leurs sous-sections et de leurs membres.

L’indépendance de la SSO est importante, parce qu’elle veut être accepter comme un partenaire critiquant et constructive. Elle ne reçoit aucune subventions fédérales, mais se finance entièrement par le cotisations des membres et des dons.

L’histoire

La SSO a été marquée depuis le début par des événements et des développements de l’histoire suisse concernant les influences générales, sociales, politiques et économiques, la discussion sur le système militaire suisse en particulier.
L’origine de la SSO d’aujourd’hui est située dans la Régénération: 130 Officiers de Zurich, de la Thurgovie, de Saint-Gall ont fondé la «société militaire fédérale» (le changement de nom était en 1876) le 24 Novembre 1833 à Winterthur. Le but du point numéro 2 des Statuts de l’Association (d’un total de 17 produits) lisait: «Sa destinée est purement militaire à porter particulièrement bonne camaraderie et de bon sens pour la nature militaire fédéral, comme le même pour l’élever les moyens décrété des autorités militaires par la contribution active. Toute autre tendance est de rester étranger à la société.»

Leave a Reply