La conférence des présidents de la SSO s’oppose au référendum DEVA

La conférence des présidents de la Société Suisse des Officiers (SSO), tout comme précédemment le Comité de la SSO, dit unanimement NON au référendum contre le développement de l’armée (DEVA). 

» Communiqué de presse du 8 juin 2016

Comme on le sait déjà, le Parlement a approuvé avec une forte majorité les repères du DEVA le 18 mars 2016. Cette décision crée la sécurité juridique et permet la planification à long terme de l’armée. Ces dernières années, la SSO s’est engagée de manière intensive en faveur d’un DEVA efficace et crédible et a pu constater avec satisfaction que presque toutes ses propositions d’amélioration ont été reprises et prises en compte pour le message.

La conférence des présidents de la SSO et le Comité de la SSO s’opposent au référendum sur le DEVA, en s’appuyant sur les réflexions centrales suivantes:

  • Le DEVA remédie aux défauts. Le référendum écarte les mesures correctrices et ralentit de manière disproportionnée ou rend même impossible le processus d’ajustement dont l’armée a urgemment besoin.
  • Le DEVA constitue une base matérielle, personnelle et financière à la fois viable et réalisable pour une armée de milice forte, bien équipée, mobilisable et possédant un ancrage décentralisé. Il représente un bon point de départ permettant un développement et un élargissement ultérieurs. Le référendum vient les miner et menace ainsi de préserver une armée qui mérite cette appellation et est en mesure de remplir ses missions.
  • Le référendum évoque «une réduction de moitié de l’armée». Ce point n’est pas seulement trompeur, mais aussi fondamentalement faux, car l’effectif réel passe de 170 000 aujourd’hui à 140 000 hommes dans le cadre du DEVA. En tenant compte des militaires actifs et équipés, l’armée passera même de 128 000 militaires aujourd’hui à 140 000 militaires.
  • Avec le DEVA, l’armée a obtenu une enveloppe financière d’environ CHF 20 milliards pour les quatre prochaines années, en se fondant sur la loi sur l’armée. Le referendum vient précisément menacer cette avancée essentielle, ce qui a pour conséquence de priver l’armée des ressources financières nécessaires.

C’est pourquoi la conférence des présidents de la SSO répond clairement NON au référendum contre le DEVA. Pour le président de la SSO, le Col EMG Stefan Holenstein, cela correspond à un signe fort marquant la cohésion des 24 sociétés cantonales d’officiers et des 15 sociétés d’Armes. «Je me réjouis de cette position claire de la conférence des présidents, qui vient également confirmer de manière nette la décision du comité de la SSO. Nous avons serré les rangs et disons unanimement OUI au DEVA.»
Contact
Col EMG Stefan Holenstein, président +41 79 241 59 57
Col EMG Marcus B. Graf, vice-président +41 79 670 86 16
Lt col EMG Yannick Buttet, vice-président +41 79 260 52 64
Lt col Stefano Giedemann, vice-président +41 79 239 58 82
Maj Daniel Slongo, secrétaire général +41 79 658 69 47

Leave a Reply