Fond d’investissement pour l’armée

Denis FroidevauxLa SSO prend acte avec regret de la décision du CF pour réduire le budget de l’armée pour 2014 à 2016 de 800 mio. Compte tenu de la décision du souverain de refuser la création du fonds spécial Gripen qui prévoyait déjà pour 2015 et 2016 des premières tranches du budget de l’armée, nous déplorons que le Conseil fédéral ne prenne pas toutes les mesures pour donner à l’armée les moyens en suffisance pour combler les lacunes existantes. Nous exigeons le respect de la décision du Parlement fédéral fixant à 5 mia le budget de défense dès 2016.

Cela étant la SSO entend se concentrer sur la mise en oeuvre de DEVA en 2017 et le financement qui doit garantir sa mise en oeuvre. A ce titre nous ne soutiendrons le projet que si le financement de 5 mia est assuré. Toute autre alternative sera combattue par tous les moyens à disposition.

Pour le surplus nous dénonçons la pratique qui consiste à ne pas rendre au budget de l’armée les crédits non utilisés soit quelque 1,2 mia en 5 ans. Ces montants validés par le parlement ne doivent pas être utilisés à d’autres fins. La solution passe par la création d’un fonds d’investissement pour la défense à l’instar du fonds d’infrastructure ferroviaire (FInFer) ou le fonds prévu pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA).

Avec cela les crédits non utilisés soient rendus où ils appartenons: au budget de l’armée.

Br Denis Froidevaux, Président SSO

One thought on “Fond d’investissement pour l’armée

  1. Duboux

    Bonjour,
    Deva semble rejetée par le Conseil fédéral, alors à quoi sert l’armée. Il me semble que pour les catastrophes naturelles, une super pc suffit. Si il ni a pas une volonté de défense de nos gouvernants, c’est envoyé le citoyen suisse au casse-pipe
    S. Duboux – Prilly

    Reply

Leave a Reply