Investissement en faveur de la sécurité

Avec la décision de fixer le plafond du financement de l’armée à hauteur de CHF 5 milliards, le Conseil fédéral accepte une des exigences clefs de la Société Suisse des Officiers (SSO).

Depuis plus de 4 ans, la SSO réclame le nécessaire équilibre entre prestations et ressources pour l’armée, avec pour base un plafond de financement à 5 milliards au minimum.

Dans le contexte du développement de l’armée (DEVA), le Conseil fédéral accepte enfin la décision du parlement et assigne un budget de CHF 5 milliards par an pour l’armée.

Avec cette décision pour plus de sécurité, le Conseil fédéral donne à l’armée la possibilité, d’assurer ses missions avec les moyens et les équipements nécessaires, et ceci sur une plus longue durée. Ce budget permettra également à l‘armée de faire certains investissements pérennes et de combler partiellement les lacunes constatées dans le domaine de l’équipement.

«L’équilibre entre ressources et prestations est essentiel pour la politique de sécurité en général et l’armée en particulier. Le Conseil fédéral a admis que de ne pas garantir cet équilibre avait pour conséquence directe une réduction des prestations de l’armée, ce qui n’est pas acceptable en l’état. 5 milliards constituent à court terme un compromis acceptable pour la SSO», estime son président, le brigadier Froidevaux.

Le président de la SSO observe également que les positions extrêmes, d’un côté  des partis de gauche et de l’autre de certains nostalgiques d’un temps qui n’est plus, n’ont pas trouvé grâce aux yeux du Conseil fédéral, ce qui donne du sens et de la crédibilité à la ligne que défend la SSO depuis 2010.

Cela étant, à long terme ce budget de 5 milliards ne sera pas suffisant pour assurer un équilibre entre frais de fonctionnement et investissements. La population suisse doit savoir qu’une armée plus petite ne coûtera pas moins cher.

Leave a Reply