L’obligation de servir unit le peuple suisse

Avec un résultat clair de plus de 70 pour cent le peuple suisse vote haut et fort en faveur du maintien de l’obligation de servir et considère que c’est le seul modèle de servir réaliste pour une armée  et une protection civile crédibles et fortes.

La Société Suisse des Officiers (SSO) a lutté dès le début, au sein de l’Association pour une suisse en sécurité, contre l’initiative contre la sécurité de la Groupe Suisse sans Armée (GSsA). Les officiers  de milice et de carrière ont ainsi démontré qu’ils sont d’abord et avant tout des citoyens responsables, engagés et soucieux d’assurer aux générations actuels et futures une sécurité moderne, adaptée aux menaces et aux risques.

Le souverain nous a donné raison et maintien donc sa pleine confiance à la milice. Il considère à une très large majorité que l’obligation de servir est le seul modèle compatible avec les réalités helvétiques. Il est donc clair que la proposition de se fonder sur le volontariat – un modèle qui n’existe à nul part dans un pays comparable à la suisse – a été considéré par les votants comme un leurre et une illusion. En ce sens le GSsA s’est lourdement trompé et n’a pas atteint son objectif réel qui consistait à saper les fondements de notre politique de sécurité en affaiblissant l’armée du peuple et la protection civile.

Cela étant la SSO reste ouverte à la discussion sur le développement et l’optimisation du modèle de service sur le postulat clair que l’obligation de servir doit rester étroitement liée à la notion de sécurité, et que l’alimentation en effectif de l’armée doit impérativement rester prioritaire. En ce sens nous nous mettrons à disposition du future groupe de réflexion ainsi que de toutes celles et ceux qui ont pour soucis l’équilibre entre droits et devoirs.

La sécurité est et devra demeurer un axe prioritaire de l’action de l’Etat, et le citoyen doit y jouer un rôle central.

Leave a Reply