Commentaire de la SSO sur les décisions du Conseil des États relatives à la politique de sécurité

5 mars 2013 – Le mardi 5 mars 2013, le Conseil des Etats a posé d’importants jalons en matière de politique de la sécurité. Il s’est prononcé avec une nette majorité contre l’initiative visant l’abrogation du service militaire obligatoire.

Comme le Conseil national en décembre 2012, le Conseil des Etats s’est prononcé avec une très nette majorité contre l’initiative visant l’abrogation du service militaire émanant du groupe pour une Suisse sans armée, dont l’objectif stratégique est la suppression de l’armée. La SSO salue la décision du Conseil des Etats qui a compris que cette initiative constitue d’une part une grave remise en cause du système sécuritaire suisse dans son ensemble, et d’autre part la remise en question d’un principe clef qui a fait la force de ce pays, à savoir l’implication responsable du citoyen au profit du destin collectif.

La SSO reste dubitative face aux votes de jour du Conseil des Etats sur le Gripen. Elle s’inquiète du manque de cohérence de ce processus. En effet comment expliquer que d’une part le Conseil des Etats soutient l’acquisition du Gripen et d’autre part règle le financement par un fonds spécial mais simultanément bloque le processus en n’admettant pas le déblocage provisoire du frein à l’endettement? Cette procédure de vote est incohérente, et totalement incompréhensible pour le souverain. Elle remet complétement en question le processus de financement du Gripen. La SSO formule le vœu que le Conseil national corrige cette situation et applique un processus de décisions cohérent.

Le brigadier Denis Froidevaux, Président de la SSO: « Le service militaire obligatoire, le remplacement de la flotte obsolète des Tiger et l’équilibre entre les prestations attendues et les ressources engagées correspondent aux exigences centrales de la SSO. L’armée est et restera la seule réserve stratégique à disposition des autorités fédérales et cantonales. »

Leave a Reply